Dé-confinement et pensées déconfites ?

 

À l’Aube de l’imminent Dé-confinement progressif Phase 1, j’ai soudain ressenti l’envie de réinvestir ce Blog trop longtemps délaissé par cette vie après laquelle j’ai l’impression de courir sans cesse justement… Direct au cœur du sujet, je suis en forme !
Avant de poser mes premières maladresses, je tiens à rappeler que je ne suis ni infirmière, ni caissière ni livreur (quoique, en ce moment… mais j’y reviendrai plus tard), et encore moins un personnage politique, que je fais partie de ces grands privilégiés qui vivent à la campagne et que j’ai moi-même un petit jardin qui n’aura jamais été autant bichonné. Voilà. Ça, c’est fait.

Pour MA part, et j’insiste là-dessus, ce confinement est arrivé dans ma vie à point nommé, et je l’ai accueilli les bras couverts ouverts. Je parle uniquement du confinement, hein ! Pas du virus, ni de l’hécatombe sanitaire, ni des difficultés économiques et tout le tintouin… Je préfère insister même lourdement sur ce point pour éviter de heurter des âmes sensibles personnes qui auraient été touchées de près ou de loin par ce virus.

Je reprends… Il m’a donc été extrêmement bénéfique, et m’a permis de creuser en moi à la pelleteuse. Oui, ben… y ’avait du boulot ! Et SURTOUT, de VIVRE. Enfin. Il était temps. De prendre le temps de se poser les bonnes questions, de se poser tout court, de regarder l’herbe pousser et de se rendre compte qu’on ne l’avait jamais vraiment fait, et que même si ça risque de devenir lassant si on regarde trop longtemps, ça nous permet tout de même d’accéder à une partie de Nous que l’on n’écoute plus depuis longtemps – si tant est qu’on l’ait déjà fait !
Et pourtant… cette partie de Moi, enfouie sous les « il FAUT,  je DOIS, quelle HEURE est-il, pas le TEMPS, DÉPÊCHE-TOI aux gosses… », avait littéralement BESOIN d’émerger au risque de passer le reste de ma vie à passer à côté d’elle !

Le sentiment de Liberté, voilà ce que m’aura apporté ce confinement, même si cela peut sembler antinomique au premier abord… Et je ne suis manifestement pas la seule à ressentir cela. Ce monde avait besoin d’une pause bien que nous l’aurions évidemment tous préférée de nature différente… À voir ce que l’on en fera, ça nous appartient, mais c’est à notre portée ne l’oublions pas.

… Puis j’ai été tirée de ma rêverie introspective par des demandes d’amies et clientes concernant des produits en vitrine de 34 Oct… Et la réalité économique a refait surface d’un coup d’un seul.
On descend en soi très doucement, et une simple pression du pied au sol nous fait remonter sans même prendre en considération les paliers de décompression qui sembleraient pourtant nécessaires. Comme se réveiller en sursaut. C’est en tout cas comme ça que je fonctionne, vous saurez tout.
Le temps de reprendre mes esprits donc, et j’étais dans une nouvelle énergie !

Réinvestissement intensif des réseaux sociaux au risque de vous étourdir, mise en place de retrait de marchandise devant la boutique, et livraisons à domicile, masquée comme il se doit mais le sourire dans les yeux. Et nos échanges, tellement réconfortants, vos remerciements, votre gratitude même parfois, vos petites attentions, j’ai eu l’impression d’être accueillie comme le Lapin de Pâques,  et c’était bien bon. Merci pour tout ça.

34 Oct a définitivement sa place dans notre belle campagne, et c’est grâce à VOUS !

Vos demandes, vos messages de Soutien, vos commandes et votre confiance qui semble indéfectible même en ces temps particuliers qui pourraient faire tendre au repli… VOUS avez joué le jeu, et je vous en  REMERCIE.

Vous m’avez donné une bulle d’oxygène qui m’a permis d’accueillir des Nouveautés pour un – hypothétique encore à ce jour – 11 Mai mémorable.

Je poursuivrai pour autant les propositions de livraison à domicile, ainsi que les retraits de marchandise afin de vous protéger au mieux. La réouverture se fera bien entendu avec le maximum de précautions, c’est un peu anxiogène je le reconnais, mais quel Bonheur de vous retrouver enfin « en vrai ».

Les mois et les années à venir sont pour tous incertains, mais je garde au fond de moi la conviction que cette prise de conscience collective de l’importance de la consommation locale restera ancrée en Nous.

Et VOUS ? Comment avez-vous vécu cette période si particulière ??

 

Localement et 34 Octobrement Vôtre,
Séverine